samedi 10 janvier 2009

Le jardin et la chaine alimentaire

On pense rarement à la chaîne alimentaire lorsqu’on jardine, encore moins au plancton !
Curieux article pour commencer l’année.
Pas tant que ça :

Les animaux consomment des plantes ou d’autres animaux pour vivre et grandir.
Cette relation entre les êtres vivants centrée sur la nourriture est appelée « chaîne alimentaire ».
L'homme est d’ailleurs souvent le dernier élément de la chaîne.


Au jardin, le puceron est mangé par la coccinelle, qui est mangé par l'araignée, qui est mangé par un oiseau, qui devient la proie du chat...

Lorsqu’un animal disparaît ou régresse, cela entraîne un déséquilibre de l’environnement, un déséquilibre du jardin, dans lequel on ne mesure pas en totalité les conséquences car dans la chaîne alimentaire tous les animaux sont interdépendants.
Pour prospérer, il faut donc que toutes les espèces animales coexistent, du puceron au chat, de l’abeille à l’homme…

Une bonne dose d’engrais sur une plante, un anti-limace autour de la salade ou un insecticide sur un chou… : par des petits gestes d’apparence inoffensifs pour l’environnement, les millions de jardiniers ont un impact non négligeable sur la chaîne alimentaire :

- Les produits chimiques ont tendance à rompre la chaîne alimentaire, en détruisant les insectes ciblés, mais aussi leurs prédateurs.
La coccinelle a besoin de pucerons pour vivre, en détruisant tous les pucerons, la coccinelle ne pourra plus vivre déséquilibrant la chaîne alimentaire remontant jusqu’à l’oiseau et ses prédateurs. Ainsi l'utilisation d'insecticide au jardin contribue à la régression de la plupart des oiseaux.


Autres effets :
- Les engrais chimiques sont comme chacun le sait, entraînés par le ruissellement de l’eau de pluie, dans les ruisseaux, les rivières, les lacs, les étangs... Ces engrais contaminent parfois le plancton, contaminant ainsi tous les éléments de la chaîne alimentaire : les poissons et ceux qui les mangent (oiseaux… et l’homme).

- Certains engrais chimiques renferment des métaux lourds qui peuvent être transférés dans les plantes, entraînant des risques pour la santé en contaminant l’ensemble de la chaîne.

- Les pesticides détruisent une grande partie de la faune du sol (vers de terre, bactéries, champignons…) alors qu’ils jouent un grand rôle dans la fertilité du sol déséquilibrant encore une fois la chaîne alimentaire.

- Si on continue de nourrir les oiseaux au printemps, on risque de perturber la chaîne alimentaire car les oiseaux risque de ne plus participer à la régulation des insectes indésirables.

Il est bien souvent difficile d’imaginer que l’on peut modifier à ce point l’environnement en jardinant, pourtant en modifiant notre approche du jardin, en respectant la biodiversité, c’est l’ensemble de la chaîne alimentaire et le jardin qui en bénéficie et recouvre un meilleur équilibre.

2 commentaires:

Au Bois des Biches a dit…

Vous avez raison David, on ne le répétera jamais assez.
Nourrir les oiseaux, par exemple; je ne savais pas qu'il fallait cesser au printemps.
Les miettes du fond de la corbeille à pain? Non? C'est pourtant joli de les voir se les disputer...
Votre blog est bien plus utile que "L'ami des jardins"
merci
PP

DAVID a dit…

Merci pour le compliment. Le pain ne convient effectivement pas aux oiseaux. Il provoque des troubles digestifs !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...